R I T O U R N E L L E  2
" C H A Q U E  F O I S ,  R E C O M M E N C E R  L E  M O N D E "





 

1-Ritournelle 3-Chaque fois, recommencer le monde-2.jpg

Poteaux d'angle, Espace d'art contemporain, Bourges, 2022

3-Ritournelle 2-Chaque fois, recommencer le monde-3.jpg

Poteaux d'angle, Espace d'art contemporain, Bourges, 2022

4-Ritournelle 2-Chaque fois, recommencer le monde-OK-5.jpg

Poteaux d'angle, Espace d'art contemporain, Bourges, 2022

5-Ritournelle 2-Chaque fois, recommencer le monde-OK-détail.jpg

Poteaux d'angle, Espace d'art contemporain, Bourges, 2022

154112720_5057471037659613_2544418717349448933_n.jpg

Médiathèque, Blanzy (Bourgogne), 2020

installation gouttes platre.jpg

Médiathèque, Blanzy (Bourgogne), 2020

154125595_5057471067659610_3791173897873032729_n.jpg

Médiathèque, Blanzy (Bourgogne), 2020

Ritournelle II / " Chaque fois, recommencer le monde "

Installation au sol

Gouttes de plâtre

Dimensions variables

2021

   "L’installation Ritournelle / chaque fois recommencer le monde, s’adapte à un lieu et de fait adopte une disposition nouvelle à chacune de ses présentations, mais systématiquement figurée dans un cercle. Elle se déploie en miroir d’À l’ombre de tes creux. D’un côté le papier extrait par boucles successives permet aux formes de se révéler, tandis que de l’autre, c’est l’ajout par légères touches qui suggère des signes sur la surface du sol. Ce jeu, sans cesse convoqué par l’artiste, est au cœur de sa démarche, oscillant entre réserve et réservé, espace vierge et espace transformé, extraction ou ajout de matière, confinant ensemble à l’immanence, ou se réfugiant dans le silence d’un blanc immaculé.

 

   La multitude de gouttes de plâtres disposées une à une au sol forme un paysage en bas-relief dont on sent intimement l’œuvre du temps. Il s’agit tant pour l’artiste d’une performance rythmée par les poses des gouttes dans un geste répété, que d’une danse dont chaque pas serait marqué d’un point blanc, pour mieux en saisir les circonvolutions. Au hasard des différentes révolutions métonymiques se dessinent des paysages qui s’emboitent les uns dans les autres, comme les engrenages d’une horloge mystique qui tenterait de mesurer l’éternité, autant que faire se peut.

 

   Les bosses des billes de plâtres évoquent la surface de la lune, comme si elles avaient été moulées sur l’astre et par l’entremise des mécaniques célestes, déposées plus loin, ou comme si un ouroboros cosmique les avait recrachées sur notre terre mû par un dessein énigmatique. La lune dont les forces gravitationnelles permettent de stabiliser l’axe de rotation de la Terre, favorisant l’émergence d’un climat propice au développement de formes de vies comme nous les connaissons aujourd’hui, est de tout temps le fruit de bien des spéculations. Même si l’homme y a déjà posé les pieds, elle reste nimbée de mystère. D’autant qu’une partie d’elle nous est à tout jamais dissimulé, se réservant dans l’ombre, et exerçant un véritable pouvoir de fascination. Bien que nous connaissons de plus en plus finement les caractéristiques géologiques du satellite, au fur et à mesure des missions spatiales qui s’y posent, et des nombreuses observations dont elle est le sujet, son aspect toujours changeant rythmant nos nuits, nous renvoie à notre place dans l’immensité de l’univers dont nous ne sommes qu’une infime partie et dont il est doux de penser qu’il nous reste inaccessible."

Pascal Marquilly, Avril 2022